vendredi 12 septembre 2014

Après avoir nié l'ONU reconnait la présence des soldats Burundais au Kivu en mission de pillage

Société civile et population confirment la présence de 900 soldats Burundais dans le Kivu

Pour gagner le match contre la RDC la Sierra Leonne fait croire que ses jouers son atteins d'EBOLA

Minerais du sang:Lettre d'accusation contre les multinationales qui financent la guerre en RDC

Werrason, enfin délivré du démon des concerts accepte l'embargo jusqu'au départ de Kabila

dimanche 7 septembre 2014

RFI donne la parole aux Congolais et musiciens de Bruxelles concernant le Boycott des musiciens Congolais

La télévision française dénonce les 15 milliard volés par la Kabila en 13 ans de pouvoir (3x plus que Mobutu en 32 ans).

La majorité réunie réunit à Kingakati adopte le projet que nous avons dénoncé il y a un an visant à annuler la constitution actuelle pour permettre à Kabila de briguer un 3ème mandat





RDC: le débat sur une éventuelle révision de la Constitution continue
Alors que le débat sur la révision constitutionnelle agite la classe politique congolaise depuis plusieurs mois, des voix dans l'entourage du chef de l'Etat réclament désormais ouvertement non pas une révision de l'actuelle loi fondamentale mais tout simplement une nouvelle Constitution. C'est le cas du chef de la maison civile du chef de l'Etat, l'ambassadeur Mugalu. Une campagne a été lancée, à la télévision dans ce sens.
L'ambassadeur Mugalu et d'autres ténors de la famille politique du chef de l'Etat, Joseph Kabila, estiment, en effet, que la Constitution actuelle n'est pas souveraine parce qu'elle a été conçue sous des pressions diverses : pression des belligérants, pression du Rwanda, pression de l'Ouganda, pression des multinationales.
Pour Mugalu et les siens, c'est tout simplement une Constitution de suspicion, une Constitution provisoire qui doit être remplacée. Cette nouvelle orientation du débat coïncide avec le lancement par la majorité d'une campagne contradictoire de sensibilisation de la population sur des réformes projetées.
Evariste Boshab, le secrétaire général du PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie) a conduit le 29 août une délégation dans le Bas-Congo pour solliciter l'adhésion de la population au référendum constitutionnel. Par contre au Katanga, Scode (Solidarité congolaise pour la démocratie et le développement) du bâtonnier Jean Paul Muyambo organise depuis le 30 août des meetings pour demander à la population de boycotter ce référendum.

Enjeux: Kingakati confirme la candidature de Kabila pour 2016 +Mort du général Bahuma à qui le tour?